Pierrefonds Grand Sud

Identifié comme un pôle économique à vocation régionale, le site actuellement aménagé, abritera une immense zone industrielle et artisanale, des équipements publics, un port sec, une gare reliée au TSCP, un Palais des Congrès, un pôle loisirs, un multiplexe et plusieurs restaurants.

 

 

  • Widgetkit Pierrefonds Grand Sud
  • Widgetkit Pierrefonds Grand Sud page20
  • Widgetkit Pierrefonds Grand Sud page20

A l’Ouest le pont de la rivière Saint-Etienne et le centre d’enfouissement des déchets. A l’Est le chemin d’accès qui mène à l’aéroport. Entre ces deux entrées, la nouvelle zone d’aménagement concerté (ZAC) Roland Hoareau, bordée au Nord par la RN 1 et au Sud par des terres agricoles, s’étale sur 87 hectares. Il y a 10 ans, en survolant cette longue étendue de 1 800 mètres de long sur 500 mètres de large, les touristes ne distinguaient au sol que l’aérodrome et un immense champ parsemé de galets. En ce milieu d’année 2018, les automobilistes qui filent sur Saint-Pierre ne peuvent échapper aux ultimes ballets d’engins accaparés par les travaux de voiries. La première tranche a débuté en novembre 2013 par les extractions de matériaux et s’est poursuivie jusqu’au début de l’année 2016. La seconde a démarré en janvier 2017 et se prolongera jusqu’en décembre 2018 avec la livraison d’un nouvel échangeur construit dans le prolongement du viaduc. Coût total de l’opération : 48 millions d’euros. Le prix à payer pour commencer à transformer cette ancienne place forte sucrière en un pôle économique à vocation régionale et en faire le barycentre du Grand Sud.

Depuis que cette zone a été déclarée d’intérêt communautaire en 2007, le calendrier ne s’est jamais arrêté. Il s’est même accéléré en 2011 avec la création de la SPLA Grand Sud (lire page 29), mandatée par la Civis pour imaginer l’avenir de Pierrefonds.

Sur le terrain, cet avenir s’invente jour après jour, semaine après semaine. Ingénieurs et architectes ont quadrillé le périmètre en respectant une nature forgée au fil des siècles et en multipliant, au passage, les clins d’oeil à l’histoire du quartier

Les implantations se multiplient

Les implantations se multiplient

Les implantations se multiplient

Composée par la structure du paysage agricole avec le maintien des casiers caractéristiques des champs de cannes, la ZAC a été divisée en îlots, tous affectés à des univers économiques précis. Un énorme travail d’aménagement foncier mêlé de marketing territorial et qui prend dorénavant tout son sens. Autour du nouvel échangeur, l’Ecopole s’étalera au milieu d’un jardin paysager. Sur 7 hectares, cette entité accueillera les entreprises spécialisées dans la valorisation des déchets. Recyclage des pièces détachées, du bois, des plastiques, du plâtre, traitement des métaux…, les différentes filières industrielles se sont jetées sur les premiers lots commercialisés et lorgnent désormais sur les dernières parcelles disponibles.

Quel que soit le secteur économique dans lequel ils opèrent, de nombreux opérateurs se pressent aujourd’hui. Le scepticisme qui prévalait à la fin des années 90 a laissé place deux décennies plus tard à un énorme enthousiasme. Car, vous l’aurez deviné, l’Ecopole ne représente qu’une petite pièce de ce grand meccano. A l’autre entrée de Pierrefonds, à proximité de l’aéroport, se développent deux autres secteurs majeurs : le premier est affecté aux activités industrielles et artisanales (production de charpente métallique, blanchisserie, menuiserie, imprimerie…), le second au port sec et aux services logistiques. La Poste ne s’y est d’ailleurs pas trompée en réservant 11 000 m² dédiés à un centre de préparation et de distribution du courrier.

Le port sec et la future zone logistique obéissent à une stratégie bien précise. Reliés par une route réservée aux gros porteurs, ces équipements offriront de nouvelles surfaces aux entreprises. Cellesci permettront de délocaliser le stockage de conteneurs, un transbordement qui entraînera, mécaniquement, un désengorgement du port maritime situé à 40 kilomètres en camion. Dans l’esprit des aménageurs, ce nouvel ensemble pourrait également accueillir, à terme, une zone complémentaire de dédouanement et servir de plateforme d’exportation agricole grâce à l’essor du fret aérien.

Des efforts récompensés

Des efforts récompensés

Des efforts récompensés

La conjugaison de tous ces efforts paye et en filigrane se dessine progressivement le rééquilibrage du territoire. A une autre échelle, dans un registre plus imperceptible, le Sud mène pourtant une ultime bataille : celle de l’attractivité. Ses promoteurs disposent d’arguments dont rêverait n’importe quelle municipalité. D’ici 2021 ou 2022, c’est-à-dire demain, le coeur de Pierrefonds ne battra pas seulement dans les usines ou les ateliers, mais aussi au sein des nombreux restaurants, cinémas et autres espaces culturels dont la réalisation est déjà programmée.

On pense au futur Palais des Congrès bien sûr, mais également au troisième multiplexe de l’île porté par le groupe de Yves Ethève et au pôle de loisirs indoor. Cumulés, ces trois investissements pèsent près de 100 millions d’euros. Autour de ces projets structurants se grefferont la gare TCSP et une plateforme de 1 800 places de parkings enterrées. Les véhicules seront directement reliés par une deux fois deux voies à l’actuel carrefour qui dessert Bois d’Olives et l’Entre-Deux. Pierrefonds accélère. On a désormais hâte d’y être.

Une passerelle pour rallier Pierrefonds Village

Une passerelle pour rallier Pierrefonds Village

Une passerelle pour rallier Pierrefonds Village

300 mètres de long sur 7 mètres de large avec vue panoramique : la passerelle belvédère qui reliera la ZAC Roland Hoareau à Pierrefonds Village a déjà fait l’objet de nombreuses esquisses et sa réalisation est estimée à 3,8 millions d’euros. Cet ouvrage enjambera la RN1 et permettra aux piétons et cyclistes de changer d’univers en quelques minutes. De passer d’une zone industrielle pour s’aventurer dans la cour de l’ancienne usine et ses différents bâtiments dont le programme de réhabilitation est à l’étude afin de dessiner le futur coeur de Pierrefonds Village.

Axée sur un développement durable exemplaire, cette opération dédiée à l’habitat prévoit la création de 800 logements environ et de nombreux services de proximité. Afin de préserver l’empreinte historique du domaine, le coeur du site n’accueillera toutefois pas de constructions densifiées mais plutôt un pôle administratif et de services (hôtel et hébergement, immeubles tertiaires et de services...). Celui-ci sera relié par la passerelle urbaine avec le Palais des Congrès et le pôle d’échanges situés de l’autre côté de la route nationale.

 

CIVISMAPS nos infrastructures

Menu