Projet de Territoire de la CIVIS

Véritable feuille de route stratégique de l’action communautaire pour les 10, voire 15 prochaines années, le Projet de Territoire de la CIVIS doit assurer le développement et l’aménagement homogène du territoire.

Engagé en 2017 avec le lancement du diagnostic du territoire et les rencontres avec les représentants élus et administratifs des communes. Cette démarche a connu une nouvelle impulsion en mars 2019 avec des entretiens individualisés de l’ensemble des maires des communes membres. Ce projet global de développement a trouvé sa suite logique lors de 3 journées de concertation qui se sont tenues les 21, 24 et 27 juin. Celles-ci ont donné lieu à de nombreux échanges entre acteurs politiques, cadres administratifs, techniciens, partenaires institutionnels, experts, personnes du monde associatif.

Ces journées ont permis de faire ressortir les principaux enjeux auxquels le territoire est et sera confronté dans les années à venir.

Projet de Territoire de la CIVIS
Projet de Territoire de la CIVIS
Projet de Territoire de la CIVIS
Projet de Territoire de la CIVIS
Projet de Territoire de la CIVIS

Les grandes étapes d’élaboration du projet de territoire

Son élaboration s’appuie sur une réflexion transversale mobilisant l’ensemble des acteurs de l’agglomération et du territoire et se décline de la façon suivante :

Etape 1 : Un diagnostic du territoire pour déterminer les forces et les faiblesses, les risques et les atouts d’avenir pour le territoire.

Etape 2 : Une définition des axes stratégiques qui permet de mettre en évidence des enjeux et des choix d’objectifs prioritaires pour valoriser les atouts et réduire les handicaps.

Etape 3 : Des propositions d’actions : identification d’actions concrètes à engager à court, moyen et long termes. Ces actions seront ensuite déclinées, pour celles qui concernent les compétences de la CIVIS en projets de directions et de services.

Ce Projet de Territoire est porté par 4 axes stratégiques qui visent à mettre en perspective et conforter :

  1. Un Sud Solidaire
  2. Un sud Compétitif
  3. Un Sud Durable
  4. Un Sud Terre d’Innovation

Les journées de concertation

La CIVIS a décidé de réunir l’ensemble des acteurs du territoire autour de ces thématiques lors de 3 journées de concertation sur le site du Blue Bayou à L’Etang-Salé. L’ensemble des 4 axes ont été découpés en 11 pôles et 38 piliers, qui ont donné lieu à plusieurs ateliers durant lesquels il s’agissait de définir les enjeux qui se posent au territoire CIVIS.

Lors de ces journées d’échange, il a été notamment question de gestion des risques naturels, de solidarité et d’action sociale, d’axes et flux de circulation, de déplacements, d’offre touristique dans le Sud, d’infrastructures portuaires et aéroportuaires, de gestion des ressources en eau ou encore la création d’un agri pôle.

Autant de sujets variés qui permettent d’appréhender les problématiques auxquelles l’ensemble du territoire sera confronté, d’identifier les besoins ainsi que les moyens nécessaire au « Sud de demain ».

Un projet fédérateur pour l’ensemble des communes

L’adhésion des communes membres à la réalisation de ce Projet de Territoire était indispensable à sa concrétisation. L’ensemble des maires a été consulté, l’ensemble des élus ainsi que les administratifs a été invité à participer.

Jean-Claude LACOUTURE, 1er vice-président de la CIVIS délégué aux Transports, Maire de L’Étang-Salé :
« C’est un document hautement stratégique pour l’avenir de notre intercommunalité. Il s’agit au travers de cette démarche de définir la vision du territoire pour les 15 prochaines années, de décliner les projets ainsi que les moyens que nous mobiliserons pour cette période »

Serge HOAREAU,  14ème vice-président de la CIVIS délégué à l’Aménagement, Maire de la Petite-Île : 
« Il faut aboutir à un Projet de Territoire qui doit sans doute dépasser les limites administratives de notre intercommunalité. Nous devons bâtir un Sud qui va accueillir d’ici quelques années, 400 000 habitants, un Sud qui va devenir l’espace le plus dynamique tant sur le plan économique, touristique, agricole et un Sud qui doit se préparer pour permettre à sa population de se déplacer, d’habiter et de veiller à l’équilibre sensible des différents usages »