Dengue à La Réunion : l’épidémie s’atténue mais la vigilance est toujours requise

Du 3 au 9 juin, 301 cas de dengue ont été confirmés. Malgré une diminution marquée du nombre de cas signalés en ce début de l’hiver austral, l’épidémie est toujours active dans le sud, et continue de se diffuser dans l’Ouest et le Nord.

Afin de maintenir un haut niveau de mobilisation de la lutte anti-vectorielle, plus de 180 agents restent engagés sur le terrain tout ce mois de juin : les équipes de l’ARS OI complétées de  60 intérimaires, ainsi que 50 pompiers volontaires du SDIS. Ces effectifs permettent de continuer à assurer une intervention réactive et systématique autour de l’ensemble des cas signalés afin de limiter la propagation du virus. Ils interviennent actuellement en porte-à-porte sur plus de 3000 maisons par semaine.

Par ailleurs, la population est appelée à continuer à appliquer au quotidien les gestes de prévention : protection individuelle contre les piqûres de moustiques et élimination des gîtes larvaires par tous. 

Situation épidémiologique au 18 juin 2019

(données de la Cire OI, Santé Publique France)

La répartition géographique de l’épidémie est similaire à la semaine précédente avec une circulation virale qui touche la quasi-totalité de l’île. La courbe épidémique connaît une décroissance marquée depuis 6 semaines, avec à présent environ 300 cas signalés par semaine (contre plus de 1300 mi-avril au plus fort de l’épidémie). Pour mémoire, il ne s’agit là que des personnes pour lesquelles une analyse biologique a confirmé la maladie. Les estimations du nombre de personnes ayant présenté des symptômes de la maladie et ayant consulté un médecin (que des analyses aient été réalisées ou pas) se situent plutôt aux alentours de 1 700 cas pour la semaine du 3 au 9 juin, soit plus de 45 000 cas estimés depuis le début de l’année.

La proportion de cas rapportés dans l’ouest et le nord continue d’augmenter au détriment des foyers du sud en baisse. 

L’activité des foyers épidémiques du sud continue de baisser. Saint-Pierre représente toujours le foyer le plus important.

L’ouest compte pour plus d'un quart du nombre total de cas, avec une circulation virale plus élevée pour les communes de La Possession, Le Port et Saint Paul (Bellemène).

Dans le nord, le nombre de cas augmente, en particulier sur la commune de Sainte-Marie. A Saint-Denis, la dispersion des cas dans la commune est toujours marquée. Le nord compte à présent pour 10% du nombre total de cas.  

Dans l’est, une baisse de la circulation virale est constatée dans l’ensemble des communes.

Depuis le début de l’épidémie
  • Plus de 23 000 cas autochtones confirmés (soit plus de 16 000 cas depuis le 01/01/2019)

    • 726 hospitalisations 
      (dont 570 hospitalisations depuis le 01/01/2019)
    • 2 232 passages aux urgences 
      (dont 1 757 passages aux urgences depuis le 01/01/2019)
    • Plus de 71 000 cas cliniquement évocateurs (dont près de 45 000 cas depuis le 01/01/2019)
    • 15 décès, dont 8 directement liés à la dengue. (Depuis le 01/01/2019 : 9 décès, dont 5directement liés à la dengue).

 

 

 

 

Dépôts sauvages : une véritable problématique sanitaire

Le nombre de dépôts de sauvage ne cessent d’augmenter sur l’île. Ceux-ci participent à la prolifération du moustique en permettant la multiplication des gîtes larvaires. Il appartient à chacun d’entre nous d’attendre les jours d’enlèvement des encombrants pour entreposer ceux-ci dans la rue ou bien de les amener directement à la déchetterie.

Pour signaler un dépôt sauvage, vous pouvez contacter votre commune. Celle-ci prendra soit directement note de ce signalement ou bien elle vous indiquera vers qui vous adresser.

Pour rappel : les pollueurs risquent entre 35 euros à 1500 euros d’amende en fonction du type d’infraction. Ces dernières sont divisées en classe et peuvent être majorées. Le montant le plus faible correspond classiquement au non-respect du jour de collecte, tandis que la somme plus élevée sanctionne l’abandon d’une épave de voiture ou le dépôt d’ordures transportées par un véhicule.

 

 

Cette lutte collective est le moyen le plus efficace pour endiguer l’épidémie.

 

Préfecture de La Réunion

Service régional de la communication interministérielle
📞 02 62 40 74 18
📞 02 62 40 74 19
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 


ARS Océan Indien

Huguette YONG-FONG
📞 02 62 93 94 93
📱 06 92 65 48 66
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.